Accueil > Santé au travail > Mieux comprendre les problématiques de santé au travail en s’interrogeant sur les formes d’organisation du travail

Mieux comprendre les problématiques de santé au travail en s’interrogeant sur les formes d’organisation du travail

Dans l’article précédent, nous avions abordé la situation actuelle du monde de l’entreprise et de ses collaborateurs avec les fameuses « injonctions paradoxales ». En fin de papier, nous avions conclu que « tous ces éléments démontrent les liens de cause à effet, entre le travail et la santé des salariés. Dans ce papier, nous nous interrogerons si certaines formes d’organisation du travail entraînent plus d’impacts négatifs en termes de santé de travail ? »

A partir d’une étude portant sur deux mille cinq cent entreprises françaises de plus de vingt salariés du secteur marchand non agricole, le Centre d’Etudes et de l’Emploi (CEE) a publié un rapport de recherche intitulé Formes d’organisation du travail et relations de travail (2008).

Les chercheurs ont utilisé quatorze variables :

Autonomie dans le travail Autonomie procédurale : c’est l’accomplissement du travail : Par la fixation d’objectifs globaux
Par une description des tâches précises à exécuter
Autonomie événementielle : En cas d’incidents : Encouragements des salariés à régler d’abord eux-mêmes les problèmes
A en référer à la hiérarchie.
Contrôle du travail Type de contrôle : Par la hiérarchie supérieure
La hiérarchie intermédiaire
Autres types
Fréquence du contrôle : Permanente
Intermittente
Occasionnelle
Rotation des tâches Passage d’un poste à l’autre au cours du travail : Pour une majorité de salariés
Pour une minorité de salariés
Pour aucun salarié
Travail en équipe En équipes autonomes de production : Selon le pourcentage de salariés concernés.
En groupes de qualité, groupes de résolution de problèmes : Selon le pourcentage de salariés concernés.
En groupe de travail pluridisciplinaire ou équipes de projet : Selon le pourcentage de salariés concernés.
Travail en juste à temps Le juste à temps Avec les fournisseurs
Le juste à temps avec les clients Avec les clients
Dispositif de raccourcissement de la ligne hiérarchique
Démarche de qualité totale
Communication dans le travail Coopération horizontale dans le travail : Encouragements à coopérer directement entre services différents ou non, ou sans objet
Réunions régulières de travail : Réunions régulières d’atelier, de bureau, de service… selon le % de salariés concernés

Selon les travaux d’Edward Lorenz et Antoine Valeyre (2005), sur la base des données de l’enquête européenne sur les conditions de travail en 2000 et en référence à des modèles couramment décrits dans la littérature sur les modes d’organisation du travail, quatre formes d’organisations sont précisées :

1. Les organisations apprenantes (37 %) : Peter Senge (1991) les définit comme étant des « entités adaptatives, conscientes de ses erreurs passées et sans cesse capable de se transformer ». Les salariés des organisations apprenantes :

  • Disposent d’une large autonomie dans le travail ;
  • Auto-contrôlent en partie la qualité de leur travail ou font contrôler leur travail par le management intermédiaire ;
  • Sont nombreux à travailler en équipe ;
  • « Rencontrent fréquemment des situations d’apprentissage et de résolution de problèmes imprévus » et suivent de nombreuses formations continues .

2. Les organisations en lean production (25 %). Présenté comme « le système qui va changer le monde » (Womack J at al., 1992), le système de production au plus juste, mis au point par le constructeur automobile japonais Toyota, a été qualifié de lean manufacturing par le Massachusetts Institute of Technology (MIT). Les organisations en lean production se caractérisent par :

  • Une gestion de la production en juste à temps ;
  • Un travail en groupes (équipes autonomes de production, cercles de qualité ou groupes de résolution, groupes pluridisciplinaires ou par équipes de projets) ;
  • Une rotation des tâches qui demande la polyvalence des salariés ;
  • Une gestion de la qualité qui nécessite l’autocontrôle de la qualité et le respect de normes de qualité précise ;
  • Une communication dans le travail par des coopérations horizontales et des réunions régulières ;
  • Une marge d’autonomie plus faible, que dans les organisations apprenantes, qualifiée d’autonomie contrôlée par Béatrice Appay (2005) ;
  • Des multiples contraintes de rythme.

3. Les organisations tayloriennes (24 %) se caractérisent par :

  • Une faible autonomie donnée aux salariés dans leur travail ;
  • Des contraintes de rythme de travail ;
  • Des tâches répétitives et monotones ;
  • Le respect de normes de qualité précises ;
  • Un niveau élevé de contrôle du travail pratiqué le plus souvent par le management intermédiaire.

4. Les organisations de structure simple (14 %) sont décrites dans l’ouvrage Structure et dynamique des organisations de Henry Mintzberg (1998, 440 p.). Ces organisations se caractérisent par :

  • Une faible diffusion du travail en équipe ;
  • Un travail relativement monotone et à faible contenu cognitif ;
  • Un travail peu répétitif ;
  • Une rotation des tâches ;
  • Un rythme de travail peu contraint ;
  • Une gestion de la qualité ;
  • Une faible formalisation des procédures ;
  • Un mode de contrôle par supervision directe souvent effectué par le sommet hiérarchique.

 

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :