Accueil > Santé au travail > « Il ne faut pas oublier que le sujet des risques psychosociaux est éminemment complexe et difficile à appréhender pour une organisation » selon le Dr Florence BENICHOUX

« Il ne faut pas oublier que le sujet des risques psychosociaux est éminemment complexe et difficile à appréhender pour une organisation » selon le Dr Florence BENICHOUX

3 questions à Florence BENICHOUX, médecin et spécialiste du diagnostic et de la prévention des risques psychosociaux, co-fondatrice de BETTER HUMAN Cie, société de conseil et éditrice du site meteostress.com et du programme de prévention sur http://gestion-du-stress-en-entreprise.meteostress.com

 

1. Que pensez-vous des résultats sur la prise en compte des risques psychosociaux dans les entreprises de plus de mille salariés ? 

Tout d’abord c’est un excellent travail qui permet de faire le point sur la prise en charge par les entreprises. Le chemin est encore long… mais une prise de conscience a eu lieu.

Pourquoi 2 entreprises sur 3 de plus de 1 000 salariés d’entreprises n’ont-elles pas entamé une démarche ? Il ne faut pas oublier que ce sujet est éminemment complexe et difficile à appréhender pour une organisation. Il touche non seulement la sphère psychologique et donc la vie personnelle de l’individu, mais aussi toutes les nombreuses interactions avec la vie sociale au travail. Au delà de la formation et de la prise en charge des personnes souffrantes,  il a des conséquences sur l’organisation et les conditions de travail.  

2. Quels sont, pour vous,  les points clés de cette étude ? 

Ce qui me surprend c’est qu’une entreprise sur 2 seulement,  estime nécessaire de mettre en place un processus de consultation interne, cela en dit long sur le dialogue social en France. Or les 2 points clés pour la prise en charge des risques psychosociaux sont de dialoguer et de poser un bon diagnostic pour mettre en place ensuite des plans d’action pertinents et spécifiques. Pour ce faire, il faut interroger et mesurer le phénomène de façon quantitative et qualitative dans l’entreprise avec si possible des indicateurs scientifiques fiables et permettant d’en suivre l’évolution simplement. La mesure induit les comportements.

3. Quelle démarche adopter ? 

Pour démarrer une action, il faut souvent faire appel à un conseil (cabinet ou consultant), car il est rare que l’entreprise ait en son sein toutes les compétences nécessaires. Le guide INRS qui vient d’être publié et intitulé ‘‘Prévention des risques psychosociaux. Et si vous faisiez appel à un consultant ?’ » est à recommander.                                                                  

  • La 1ère étape est la création d’un comité de pilotage comprenant l’ensemble des parties (Direction, CHSCT, Syndicats, Service de santé au travail…). Le plus important est de faire un état des lieux et de se mettre d’accord sur les mots et les objectifs ;
  • La 2ème étape est de faire une communication d’une seule voix auprès des salariés expliquant clairement les objectifs et les raisons de mettre en place un audit ainsi que le choix du consultant « tiers de confiance » reconnu par tous ;
  • La 3ème étape est l’audit. Il doit interroger l’ensemble des salariés, et être limité dans le temps, mais renouvelable régulièrement, avec des résultats globaux et anonymes rendus dans les semaines qui suivent. Cet audit est le plus souvent enrichi d’une approche qualitative pour aller plus en profondeur. Ces résultats doivent déboucher sur un diagnostic partagé permettant d’inscrire dans la durée un plan d’action qui soit négocié et réaliste. Le cabinet/consultant accompagne la mise en place du plan d’actions qui se doit d’être porté par tous les acteurs de l’entreprise  afin d’améliorer le mieux vivre ensemble.

Au total le diagnostic et la prévention de ces Risques Psychososiaux est une opération très rentable pour l’entreprise. Si 66 % des entreprises n’ont officiellement rien mis en place, c’est qu’elles n’ont peut-être pas vu concrètement ce que le stress leur coûte[1].


[1] Dans un premier temps, en coût direct exprimé en Euros et non par un pourcentage. Dès 1993, le Bureau International du Travail démontrait qu’investir un dollar en prévention permettait d’en économiser six… et ceci sans tenir compte des coûts cachés !

En savoir plus en visionnant l’émission de Toulouse Télévision (TVT) du 6 septembre 2010 sur une expérience réussie de diagnostic des risques psychosociaux au sein de la société hign tech Magellium :

Emission du 6 septembre 2010

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :