Archive

Archive for février 2009

Etude sur l’intérêt de certains exercices d’endurance des muscles para-vertébraux

27 février 2009 1 commentaire

L’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST – Montréal) nous a posté un article sur ‘’ Maux de dos – Evaluation de la spécificité de différents exercices d’endurance des muscles para-vertébraux’’, que nous publions.

Les évidences scientifiques actuelles démontrent clairement qu’un entraînement intensif des muscles du dos permet de diminuer les symptômes de douleur et les incapacités dues au lombalgies chroniques. Il apparaît que des exercices permettent de diminuer la grande fatigabilité des muscles du dos sont une piste probable.

 

Les résultats du présent projet de recherche permettent de faire la recommandation de deux modalités d’exercice réalisées à l’aide d’appareils qui existent sur le marché. Ces 2 modalités ont le potentiel de fatiguer plus spécifiquement les muscles spinaux comparativement aux muscles extenseurs de la hanche. Ce qui devrait créer une plus grande surcharge sur ces muscles, créer des changements physiologiques plus rapides et plus importants pour améliorer leur endurance et au final diminuer les symptômes de douleur. Ces exercices auraient un effet protecteur contre d’éventuelles récidives.

En savoir plus :

http://www.irsst.qc.ca/files/documents/PubIRSST/R-596.pdf

 

Travail posté et de nuit… à surveiller

11 février 2009 2 commentaires

Près d’un salarié sur cinq en France, soit plus de 5 millions de personnes travaillent de nuit ou par équipe en alternance.  

Les principaux effets à court terme sur la santé sont les troubles du sommeil (+ de 50 % contre 38 % des travailleurs de jour). Le déficit de sommeil chez les travailleurs postés et de nuit s’élève à une à deux heures par 24 h, « une nuit de moins de sommeil par semaine ». La somnolence qui en résulte serait à l’origine d’un risque d’accidents de travail et de la route sur le trajet de retour 2 à 5,5 fois plus important.                                                                                                                  25 à 30 % des travailleurs postés et de nuit souffrent d’insomnies (contre 15 à 20 % pour les salariés de jour). A l’occasion du Colloque Sommeil & Travail (28 novembre 2008), le Pr Damien LEGER, responsable du centre du sommeil de l’Hôtel-Dieu (Paris – 75), soulignait, que l’insomnie pouvait prendre 2 formes, ‘‘soit une insomnie en soi (difficultés d’endormissement, éveils nocturnes et difficultés à se rendormir, réveil précoce) ou une insomnie par facteurs environnementaux, tels que bruit, lumière, température ou vie familiale’’.                                                                                                                          D’autres conséquence physiologiques ont été constatées comme la fatigue, les troubles de l’alimentation, les troubles psychosomatiques et les troubles de la vie privée et de la vie sociale. Selon le Centre international de recherche sur le cancer (IARC/CIRC), le travail de nuit augmenterait le risque de cancer dans des proportions modestes mais néanmoins réelles (le travail de nuit posté est inscrit sur la liste des agents ‘‘probablement cancérogènes’’).                                                     

Tout travailleur de nuit bénéficie d’une surveillance médicale particulière avant et pendant son affectation. Le médecin du travail informe les travailleurs de nuit, en particulier les femmes et les travailleurs vieillissants, des incidences potentielles du travail de nuit sur la santé, en prenant en compte les horaires, alternés ou fixes.                                                              Les salariées enceintes ou venant d’accoucher bénéficient de mesures protectrices (Article L1225-9 du Code du Travail).   

Les spécialistes s’accordent à privilégier les postes fixes de nuit au travail posté, une rotation des postes en sens ‘‘horaire’’ serait mieux tolérée et enfin une température plus élevée permettrait de réduire le risque de somnolence.

 

En savoir plus 

Les métiers qui nécessitent un continuum d’activités sont : la police, l’armée, les pompiers, les métiers de la santé et des transports terrestres, maritimes et aériens. D’autres métiers comme ceux de l’alimentation, les boulangers, les grossistes ont une obligation de travailler au cours de la nuit. 66 % des salariés de la métallurgie, 54 % dans le caoutchouc, 53 % dans le verre, 53 % dans l’automobile, 47 % dans le papier interviennent en travail posté. 

Article L3122-31 du Code du Travail 

Article L3122-29 du Code du Travail 

Article L3122-30 du Code du Travail 

 

Selon la Directive 93/104/CE, le travail posté correspond à ‘’tout mode d’organisation du travail en équipe selon lequel des travailleurs sont occupés successivement sur les mêmes postes de travail, selon un certain rythme (…)’’

 

Echelle de somnolence